Une approche intégrale « entreprise - travail - métier - personnes - histoire - environnement - projet »

Transmission d’entreprise

Diagnostic-Métier → Cession d’entreprise

C’est aujourd’hui une grande difficulté des TPE-PME :

  • le patrimoine est financièrement valorisé à un prix élevé
  • les savoir-faire d’expérience sont oubliés ou sous-estimés
  • l’environnement juridique et fiscal est complexe et instable

C’est pourtant un enjeu de pérennité pour les clients, les salariés et les dirigeants

De nombreuses entreprises ferment ou survivent avec un dirigeant amoindri dans ses capacités, et donc fragilisé car il ne trouve pas repreneur. Ici, il va falloir « inventer », avec l’aide des avocats et conseils en patrimoine, des modalités de transmission cohérentes avec le cadre réglementaire et cependant novatrices.

Au-delà des difficultés conjoncturelles sur lesquelles nous avons peu de moyens d’agir rapidement, il est nécessaire de résoudre les difficultés structurelles ; nous allons aider le cédant et le repreneur en procédant à une véritable transmission du gouvernement de l’entreprise, avec un cédant en posture de conseil, et un repreneur en fonction de pilotage.

Illustration -> nous avons récemment entendu parler d’une entreprise ayant perdu la moitié de son chiffre d’affaires en 18 mois, alors que l’ancien dirigeant était toujours présent, en même temps que le nouveau ;

- > de fait, il y a une erreur symbolique forte lorsque le pouvoir n’est pas transmis, donc cédé. Le cédant rest disponible, mais en retrait, comme conseil (modalités à convenir), en n’ayant plus aucun accès à quelque décision ;

- > il se rend disponible, le repreneur doit prendre ses propres marques, et ceci doit être accompagné par une régulation au fil de l’eau par un tiers ; le nouveau croit souvent qu’il saura faire mieux, sans connaître ce qu’il pense pouvoir mieux faire ; l’ancien croit qu’il sait faire, alors que l’environnement, l’entreprise, les salariés, clients, fournisseurs, partenaires, ont bougé…

- >La vérité n’est ni chez l’un ou l’autre, ils doivent coopérer sur une base conforme au réel, le cédant acceptant de « laisser la conduite », le repreneur acceptant l’humilité de ne pas tout savoir, tout de suite, et mieux que tous les autres…